L'écureuil de la toile

forum pour discuter de la vie scout d'europe française.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Citations du père HYVERNAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loutre A
Administrateurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 25
Localisation/district : District Notre Dame de France; 95
Troupe/Compagnie : Clan St Rémy
patrouilles/totem : */Loutres A
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Citations du père HYVERNAT   Jeu 15 Oct - 23:50

L'abbé Jean-Paul Hyvernat était prêtre du diocèse de Versailles et scout et aumonier scout (d'europe).

Ordonné le 26 novembre 1983, il a été victime d'un accident mortel en montagne le 28 août 1991.
Il avait alors 34 ans.
Il revenait de Czestochowa où il avait prié et marché aux côtés de ces jeunes qu'il aimait tant et auxquels il avait tant donné.

C'est avec un groupe de ces jeunes pèlerins que l'abbé Hyvernat a trouvé la mort dans les Alpes : lors d'une halte au cours d'une ascension, un bloc de rocher s'est détaché et lui a broyé la jambe. Perdant abondamment son sang, il s'est éteint au milieu de ses amis pèlerins, vivant ce dernier quart d'heure comme il avait vécu toute sa vie : pleinement, saintement.

_________________
FSS

Revenir en haut Aller en bas
http://lecureuildelatoile.azureforum.com
Loutre A
Administrateurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 25
Localisation/district : District Notre Dame de France; 95
Troupe/Compagnie : Clan St Rémy
patrouilles/totem : */Loutres A
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Citations du père HYVERNAT   Jeu 15 Oct - 23:50

« Ne soyez pas une jeunesse molle, soyez plutôt une jeunesse enflammée, une jeunesse ardente. Allumez et faites répandre le feu que Jésus vint apporter dans le monde » Pie XII

Que de la Gueule !

Une simple observation des mœurs et coutumes du milieu «tradi-mytho-mili-pêchu » permet de découvrir un sacré microbe, pour ne pas dire virus, qui fait des ravages parmis nous : il s’agit du TPF , « Tout Pour la Frime », ou encore du QDLG, « Que De La Gueule ». Soyons sérieux : Il est infiniment triste de voir des jeunes, et quand je dis jeunes, nous pouvons tous nous sentir plus ou moins concernés, qui sont pourtant des gars bien au départ, des gars qui ont souvent pas mal reçu (famille, milieu, scoutisme…), mais qui se gâchent par manque d’idéal solide, par manque de profondeur spirituelle. Derrière leur belle apparence de « Catho-tradi-mytho-pêchu », il n’y a hélas plus ou pas grand chose. Oh, si on les croisent dans la rue, on se dit « ça s’est un type bien ! » : le chèche, la coupe de cheveux, l’autocollant Espoir et Salut de la France derrière la voiture…tout y est ! Ouf ! On est rassuré ! avec un peut de chance, il va même a la messe tradie…oui…oui…oui mais NON ! Tout ça ne vaut RIEN si derrière, il n’y a pas un désir brûlant d’aimer Notre Seigneur, de le servir, de lui plaire…Tout ça ne vaut RIEN, si on ne désir pas être un saint ! Et c(est là dessus que nous devons nous examiner chaque jour : oui ou non, ai-je le désir d’être un saint ? Est-ce que j’en prends réellement les moyens ?
« Rien de moins ?!!! »Pensez vous peut-être avec ironie…NON ! Rien de moins ! On doit vouloir être un saint ! « Doucement, doucement, direz vous. On a 16, 18, 20 ans, on a le temps ! Laissez nous nous amuser un peut… » NON ! Pas de temps à perdre ! La jeunesse n’est pas faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme ! Et il faut de l’héroïsme pour vouloir être un saint dans notre pauvre monde… « Mais on est jeune… » JUSTEMENT ! C’est avec tout l’enthousiasme fougueux de notre jeunesse qu’il faut nous lancer, corps et âme, dès maintenant, dans l’aventure de la sainteté. Cette aventure dure, exigeant, mais si belle et si exaltante, qui nous conduit vers les sommets ! Ne voyons pas des « petits bourgeois » de la sainteté Notre seigneur veut tout, nous veut entièrement à lui, corps et âmes. Il est mort pour cela. Soyons généreux ! Donnons nous à lui, à fond, là ou il nous veut.
« Doucement holà ! Ce sont de belles paroles, mais concrètement ? »Concrètement ? C’est tout simple ! Prenons la résolution de ne jamais êtres un contre témoignage pour notre prochain. Nous avons l’étiquette « catho » sur le front ? Très bien ! Ça nous oblige à être des saints, sous peine de décevoir les autres. Ainsi le catho qui triche en classe, c’est un contre témoignage ! Le catho qui se tient mal en soirées, c’est un contre témoignage ! Le catho qui arrive à passer une journée sans prier, c’est un contre témoignage ! Le catho qui flirt, c’est un contre témoignage ! Le catho qui n’ose pas témoigner de l’existence de la pureté par peur des moqueries, c’est un contre témoignage ! Le catho qui n’ose pas réagir lorsque son professeur sort des propos scandaleux ou erronés sur le Christ, l’Eglise ou le Pape, c’est un contre témoignage ! Le catho qui se sent obligé de rire grassement aux histoires crades, sous peine de passé pour un type coincé, c’est un contre témoignage…pas besoin de continuer la liste, examinons-nous plutôt sur le témoignage que nous osons donner autour de nous…

« Houlà, c’est un peut trop dur pour nous, tout cela…c’est beau, ok, mais trop difficile, c’est pas pour nous… »Oui, mais désolé, à 16, 18, 20ans il est grande temps de faire un choix :
Soit j’écoute ma nature paresseuse. Je choisis alors de rester mouton parmis la masse anonyme des moutons, j’en choisis d’en rester à un idéal au ras des pâquerettes, au « Que De la Gueule », au juste nécessaire pour paraître « catho-tradi-mytho-pêchu » en soirées ou a la sortie de la messe, je choisis de ne pas renoncer aux petits plaisirs faciles…je choisis de mener ma petite vie spirituelle pépère : Jésus je lui en demande pas trop ( sauf avant les examens…) en échange, il ne doit pas trop m’en demander non plus…
Sois je vise un peut plus haut, je suis un peut plus viril…je me donne un grand coup de pied au c.., et je me jette dans l’aventure, corps et âme. Je refuse de me contenter d’être médiocre, ni même d’être moyen…je veut être un saint ! Je sais ce que cela va me valoir : sourires moqueurs de la part des plus gentils, insultes, mépris, haine pour les autres. Tant mieux, ça sera toujours ça de plus a offrir au Christ. Et puis je ne suis pas seul : j’ai peut-être des amis qui partagent ce même idéal pour m’aider, j’ai en tout cas les anges, les saints, Notre-dame, et puis …Notre Seigneur : « Je ne vous laisse pas seul ! »A-t-il dit à ses disciples. C’est vrai je suis faible, pêcheur, mais si je tombe, Jésus est là pour me relever, quelque soit la gravité de ma faute. Pour m’aider, j’aurais recours a un directeur spirituel (le « père spi ») auquel je me confesserai régulièrement et qui pourra m’aider à faire les grands choix de ma vie (discernement de ma vocation -quelle qu’elle soit-, études…). Je na sais pas jusqu’ou j’arriverai, jusqu’ou tout cela va me mener, mais je fais de mon mieux, et je m’abandonne : je renonce a moi-même, j’accepte de me donner avec tout l’enthousiasme et la générosité de ma jeunesse, là ou je suis maintenant et, au moment venu (ça arrive très vite), là ou le Seigneur m’appelle : père de famille, prêtre ou religieux. Au bon Dieu de décider, moi, une seule chose m’importe : SERVIR, en faisant sa volonté. Avec une grande confiance, je me confie a Marie, ma Mère et ma Reine : c’est elle qui doit tenir la barre, et me mener jusqu'à son fils.

Ce choix, il ne faut pas le repousser, le remettre indéfiniment à plus tard. Demain, dans 3 jours, dans deux semaines, il sera peut-être trop tard…Et une fois que ce choix est fait, il nous faut le redire chaque jour de notre vie : « Seigneur, je suis bien peut de chose, mais pour vous, je ne veux pas me contenter de peu. Vous me voulez comme saint rien de moins…d’accord ! J’accepte cette mission et avec l’aide de votre grâce, plaise à Dieu que je le remplisse, même et surtout si cela doit me coûter cher : mon confort, ma tranquillité, mes petits plaisirs, et peut-être un jour, mon sang… ! »

_________________
FSS

Revenir en haut Aller en bas
http://lecureuildelatoile.azureforum.com
Loutre A
Administrateurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 25
Localisation/district : District Notre Dame de France; 95
Troupe/Compagnie : Clan St Rémy
patrouilles/totem : */Loutres A
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Citations du père HYVERNAT   Jeu 15 Oct - 23:53

« Que tous les jeunes, et parmis eux tous nos scouts et guides, soient assoiffés d’absolu, de pureté, de transparence, de joie et de sainteté ! »

"la Foi c'est de savoir que Dieu est Dieu, et que ni vous les jeunes, ni moi, ni personne d'autre n'avons à modeler Dieu à notre manière, à l'agrémenter à notre sauce, pourrait-on dire."

"La famille chrétienne est le sanctuaire d'un mystère invisible qui rayonne en elle.Dans le "visible" de nos familles rayonne -ou doit rayonner- un mystère invisible. L'amour des époux est d'abord spirituel. Leur fécondité est d'abord spirituelle."

"Le diable se plaît à nous faire croire que c'est tristounet la sainteté : non. Un saint triste est un triste saint."

_________________
FSS

Revenir en haut Aller en bas
http://lecureuildelatoile.azureforum.com
Loutre A
Administrateurs
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 25
Localisation/district : District Notre Dame de France; 95
Troupe/Compagnie : Clan St Rémy
patrouilles/totem : */Loutres A
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Citations du père HYVERNAT   Jeu 15 Oct - 23:53

" Purifie mon coeur et mes lèvres, Seigneur, afin que je puisse faire entendre à mes frères la bonne nouvellede Salut

Je voudrais vous poser une question. Elle est un signal avertisseur, qui doit être de tous les instants dans notre vie chrétienne. Le danger pour nous et en même temps la chance, c'est de se gargariser, de se dire "C'est quand même pas mal, on est nombreux et puis on a de beaux uniformes, je suis quand même assez fière d'être guide aînée." Le danger c'est d'en rester là. Mais la chance est de pouvoir découvrir dans le quotidien de nos vies cela même qui nous rassemble, ou plutôt Celui qui nous rassemble et Celui qui nous envoie.

Alors la question que je vous pose est : regardez votre coeur, en dehors des moments où nous avons prié tous ensemble au cours de belles liturgies, combien de fois avez-vous pensé au Seigneur, lui avez-vous parlé? Réfléchissez... Parce que c'est cela l'essentiel.

Je dois vous parler de LA MISSION. Le coeur de la mission, c'est l'intériorité parce que'il n'y a pas d'extérieur s'il n'y a pas d'intérieur, c'est facile à comprendre. ON n'a jamais vu d'arbres, de fleurs ni de plantes, sans racines, et plus ce qui pousse à l'extérieur est grand ou doit devenir grand, plus les racines doivent être importantes et plonger loin. Etes-vous des femmes d'intérieur?

Il y a un texte d'Evangile qui illustre merveilleusementle thème de la Mission : c'est celui de la Visitation. Marie, parce qu'elle est toute remplis de l'Esprit Saint, a pu accueillir en elle la présence de Jésus, du Fils de Dieu, et fonce en toute hâte vers sa cousine Elisabeth ; elle va porter le Christ aux autres. Elle ne peut pas porter le Christ et faire du stand by , rester sur place. Nous avons un texte fondamental. En lui est compris comme en germe tout le reste ; tout est dit dans le cérémonial de la Promesse des Louvettes : nous avons les deux mots-clés que je vous demande de retenir pour comprendre ce qu'est la mission de l'Eglise :

ECOUTER : être à l'écoute, recevoir. Marie a été à l'écoute.

DE TOUT MON COEUR : c'est notre réponse. Cela veut dire avec toute la générosité dont on est capable, avec tout ce qu'il y au plus profond de nous-même, avec cette ouverture maximale, à 180° de nos coeurs humains pour répondre à ce qui nous est donné par la richesse immense du Coeur du Christ qui déborde jusqu'à nous.

Voilà l'essentiel : écouter et répondre de tout son coeur. Et on retrouve toujours cela dans l'Eglise. Quand il y a de l'écoute, c'est-à-dire de l'adoration, de la réceptivité, de la disponibilité, il y a immanquablement la plus grande générosité, la plus grande fécondité possible. Le Saint-Père, dans sa lettre sur la vocation et la dignité de la femme, montre comment la fécondité est d'abord un mystère d'intériorité et comment le rôle, l'impact extérieur de la femme, de Marie, de l'Eglise dans le monde est d'abord un mystère d'accueil, de fructification. Dans le cérémonial de l'engagement des Guides Aînées l'on demande à celle qui s'engage si elle est prête à faire fructifier ce don merveilleux de la vie : accueillir et faire fructifier.

Mon ambition n'est donc pas de décider à votre place d'être seulement d'honnêtes gens ou bien des saintes, je ne peux même pas vous laisser l'alternative puisque dans l'Evangile le Christ lui-même nous dit : "Vous donc vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait". Et le Concile Vatican II a eu tout un chapitre de sa constitution dogmatique sur l'Eglise pour parler de la vocation universelle à la sainteté.

La mission. Qu'est-ce que la mission?

Pour nous, mission veut dire les missionnaires, ça veut dire aller au loin parler de l'évangile.

La mission est le rayonnement du feu, c'est Dieu qui se donne, c'est Dieu qui se communique, c'est Dieu qui rayonne, qui brûle. La mission est une histoire d'amour. Il faut croire quand même que cette question de l'amour travaille au coeur des hommes pour que partout et toujours il y ait cette empreinte. C'est qu'ils sont faits pour cela. Vous pouvez vous promener dans la rue et vous dire : cet homme, cette femme qui passe là, il est fait pour aimer, pour être aimé et pour passer son éternité à aimer, à être aimé, à aimer aimer et à aimer être aimé. La mission est une histoire d'amour. C'est l'histoire d'amour qu'il y a entre Dieu et chacun d'entre nous. Et la mission, c'est la préoccupation constante : comment faire aimer l'Amour? C'est là l'essentiel.

Jean PAul II à Gerland disait aux jeunes :
"Vous me demandez ce qu'il faut faire? C'est tout simple, je regarderai le monde, je regarderai ma conscience et je regarderai l'Evangile pour voir ce qu'il faut faire".
Alors ce soir je vous propose tout simplement de regarder un peu le monde, ces hommes que Dieu aime, de regarder notre coeur que Dieu aime, de regarder l'Evangile, ce qu'il nous dit, de faire un petit crochet, par cette petite recette pour bien vivre l'Evangile, qu'est notre cérémonial. Et puis concrètement de voir ce que nous pouvons en retirer.

La mission, on en a des caricatures autour de nous, on en a des déformations. Pour bien des gens, les missionnaires, la mission de l'Eglise dans le monde, ce sont des résidus de colonialisme, des résidus de prosélytisme, où avec des procédés plus ou moins honorables on essayait de persuader les gens de se faire chrétien. Pour d'autres, on réduit la mission, en disant que oui les missionnaires, c'est important, donc il y a des hommes et des femmes qui partent très très loin, ce sont seulement les prêtres, les religieuses, les évêques et le Pape.

Mais dans l'enseignement récent de l'Eglise et depuis toujours, il est rappelé avec force et notamment dans les textes du Concile que : "A tous les chrétiens incombe la très belle tâche de travailler sans cesse pour faire connaître et accepter le message divin du salut par tous les hommes sur toute la terre". (Document sur l'apostolat des laïcs) Jean Paul II nous rappelle que nous avons tous, chacun, pour vocation de par notre baptême, d'être missionnaire. Et le jour de notre baptême le prêtre nous a fait une marque avec ce que l'on appelle le saint chrême, cette huile parfumée qui pénètre en nous comme la grâce de Dieu. En un mot, ce qui pénètre en nous doit rayonner autour de nous. Voilà l'explication du sens de la mission.

Et puis il y a notre pratique. Nous avons à être fiers de notre Foi et à travailler à établir le règne du Christ dans toute notre vie et dans le monde qui l'entoure. Alors Jean Paul II nous dit : "Ce que je ferais à votre place, je regarderais le monde". Ce monde à évangéliser, ce monde qui doit accueillir la bonne nouvelle du salut, un monde qui, souvent, lorsqu'on le regarde uniquement sous l'aspect négatif, nous impressionne terriblement au risque de nous faire baisser les bras, un monde qui a ses laideurs, un monde qui a aussi ses beautés parce que la laideur est l'envers de la beauté, parce que le mal est la cassure du bien. La maladie, c'est la santé qui est abîmée. Alors dans ce monde, c'est vrai, les laideurs nous sautent aux yeux, mais nous avons aussi à fouiner pour y voir les beautés.

Nous voyons tout ce qui est fait de mal, c'est vrai, surtout avec les médias. On se dit : "Mais alors que faire ; on est des gouttes d'eau là-dedans". Il a aussi des choses fortes, bien des choses belles qui se font, c'est vrai, parfois un peu en tâtonnant. Eh bien, ce monde avec vraiment tout ce qu'il y a de plus matériel, ce monde est à évangéliser. Les hommes et les femmes qui l'habitent, tous ceux qui n'ont jamais entendu parler du Christ. Il y en des quantités autour de nous. Il y en a beaucoup qui ne sont chrétiens que par éducation : christianisme un peu de surface. Il y a ceux qui disent croire en quelque chose. Il y a ce monde, avec ses attentes, qui s'exprime négativement par une sorte de nouvelle idée fixe qui est venue : la réincarnation. Ses attentes qui se traduisent aussi par la drogue, par les sectes. Dès qu'il n'y a pas quelque chose d'essentiel, il faut absolument le remplacer. De même que quand un membre est malade, il faut absolument le remplacer : on met une prothèse, on se débrouille... il y a tous ces signes d'un monde d'hommes et de femmes qui, bien souvent sont malades d'aimer ; qui ne savent plus aimer en plénitude avec tout ce qu'il y a de rayonnement de vie dans le fait de s'aimer entre homme et femme (c'est tout le drame de la contraception et de l'avortement, etc). Il y a tous ces hommes et ces femmes qui ne savent plus quel sens donner à leur vie quand elle paraît inutile, vieille, cassée, maladive (c'est le drame de l'euthanasie) ; il y a ce monde de ceux qui sont dans les grandes cités, ce monde d'un univers technicisé avec des heures et des heures de transport...

Alors! qu'est-ce qu'on fait? On baisse les bras? Nous avons à porter un regard sur ce monde, sur les hommes et les femmes qui l'habitent ; un regard qui nous rappelle que Dieu aime ces hommes et ces femmes.

Commele dit Jésus dans l'Evangile, "La volonté de mon Père qui est dans les cieux est que pas un seul de ces petits ne se perde". Celui qui se moque de Dieu, Dieu ne veut pas qu'il se perde! La personne qui est vautrée dans le sexe, dans l'alcool ou dans la drogue, le Père a une volonté éternelle qui est que ce petit-là ne se perde pas. Tous, ceux surtout qui sont dans l'anonymat. Ce dessein du Père n'est pas d'aujourd'hui ni d'hier, il est "dès avant la fondation du monde" (Saint Paul, Eph.1) Le Père connaît chacun de ses petits, il connaît chaque homme personnellement par son nom.

Ce n'est quand même pas mal! Quand on a ça dans la tête et dans le coeur, on a beau être face à des murs, face à des gens qui disent qu'ils n'ont rien à faire de Dieu, on a un fameux atout dans la place. Cet amour, cette tendresse du Père qui ira jusqu'au bout des moyens avouables pour un Dieu pour susciter une réponse d'amour dans le coeur de ces hommes et de ces femmes. Et ce mystère d'amour, Dieu a voulu l'inscrire dans le coeur de l'homme dès la création."

_________________
FSS

Revenir en haut Aller en bas
http://lecureuildelatoile.azureforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Citations du père HYVERNAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
Citations du père HYVERNAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos citations préférées
» CDG : Le beau père!!
» GROSCHAT - Gros pépère tranquille - 3 ans
» Petite commande au père Noël
» Faites rêver vos enfants en envoyant un message du père noel !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'écureuil de la toile :: les berges :: La Chapelle-
Sauter vers: